Daniel

homme
Commercial
Conducteur autocar

J’étais commercial depuis 22 ans pour une importante structure, tous les mois les compteurs des objectifs étaient remis à zéro, cela devenait de plus en plus compliqué, il y avait beaucoup de pression. Pas de vente, pas de salaire ! De plus le marché sur Marseille était tendu, je travaillais loin de chez moi et j’ai pris conscience que cela devait changer, tant pour mon confort personnel que professionnel.

Un accompagnement pour sécuriser un projet professionnel

Au départ j’ai eu envie d’ouvrir une rôtisserie,  j’ai pris contact avec le Fongecif PACA, assisté à un atelier où on a abordé la création d’entreprise. J’ai alors effectué des recherches et je me suis rendu compte que là aussi que le marché était fermé.

J’ai donc pris le temps de la réflexion car une reconversion ne se décide pas à la légère. J’ai fait le point sur ma vie et je me suis dit qu’avant d’être commercial je voulais travailler dans le transport international. J’ai donc contacté des professionnels du secteur afin de connaître les débouchés et les conditions d’accès.

Afin de sécuriser mon parcours, j’ai repris contact avec le Fongecif PACA, j’ai bénéficié d’un accompagnement pour formaliser mon projet. Ainsi j’ai comparé les organismes de formation, cherché un diplôme reconnu au RNCP, le conseiller m’a aidé à mettre en avant ma motivation et le fait que j’avais anticipé l’après formation.

Une transition réussie

Mon employeur a été surpris de mon choix mais n’a pas posé de difficulté à mon départ car il a compris que ma motivation ne passait plus par le métier de commercial.

Le Fongecif PACA a accepté le financement de ma formation dans le cadre du Congé Individuel de Formation. Cela a été un soulagement car en plus du conseil j’avais besoin d’une aide financière.  Je savais que tout ne serais pas pris en charge notamment compte tenu de mon niveau de salaire mais je l’avais anticipé.

Une reconversion demande du travail personnel, il faut s’investir. Il est confortable de pouvoir se former mais il faut être motivé et déterminé sur ce que l’on veut faire, surtout lorsqu’on va quitter un emploi que l’on occupe depuis longtemps.

J’ai fini la formation en juin et j’ai eu un entretien d’embauche fin juillet. J’assure désormais la ligne Aix-Miramas.

Depuis, je me sens épanoui, j’ai un emploi qui me plait et j’ai retrouvé une vie de famille. Ce confort dans ma vie professionnelle et personnelle passe par une baisse de mes revenus mais cela n’a pas de prix ! J’attends d’avoir de l’expérience pour ensuite postuler sur de la conduite dans le tourisme, cela me permettra d’avoir un salaire plus élevé.